02/02/2005

A propos d'orthographe

Je devine qu'il y en a plus d'un qui doivent avoir leur yeux s'écorcher sur mes fautes d'orthographe.
Et qui doivent s'énerver très fort, trouvant cela "grave".
 
Je leur propose ceci :
Aucune remarque de jugement - car si eux peuvent me juger sur l'orthographe, je peux, m'estimant "calée en la matière" les juger sur leur "profondeur" ou leur "superficialité".
Evidemment, je ne le fais pas.
 
Je leur propose donc de m'offrir leurs corrections, avec les raisons grammaticales si il y en a, sur mes fautes d'orthographe.
 
Comme cela, ils auront peut-être moins de chagrin à me lire !
 
Il leur suffit de cliquer sur "commentaires" en bas de chaque message posté et de me proposer les corrections !
 
voilà.



17:06 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

01/02/2005

de plus en plus cool !

Bon, aujourd'hui, ce fut évidemment d'abord des maths, comme d'habitude.
C'est amusant de constater qu'à force de ne faire que des maths, il devient de plus en plus calé et rapide aussi.
Nous avons aussi trouvé une très bonne source d'enseignement : les "Science &Vie Junior"
C'est une façon de lui faire faire ce qui s'appelle de "la lecture silencieuse ". Il lit un texte, je lui pose plusieurs questions pour voir si il comprend et si il sait réexpliquer ce qu'il comprend.
Première étape : oralement.
Plus tard, je passerai à l'écrit pour ce genre d'exercice.
 
Par contre, aujourd'hui, nous avons attaqué mon cauchemard d'enfant : les adjectifs épithètes, attributs, les participes passés épithètes, attributs !
 
Bref, j'ai besoin de rafraîchir toutes ses théories avant de les lui expliquer. Heureusement, je suis bien équipée : J'ai plusieurs grammaires et j'avoue que dans l'une, certaines règles sont mieux epliquées que dans d'autres.  Je trouve la grammaire Junior chez Nathan très claire, bien expliquée, avec de nombreux exemples.
Elle me convient parfaitement en tout cas ! Moi, je la comprends et je suis donc capable de la réexpliquer à Orian ensuite.
Ce soir, je vais préparer ce petit cours sur les adjectifs pour les lui expliquer demain. Enfin , préparer, disons plutôt me remémorer tout ce que cela veut dire !
 
Orian déteste la grammaire (comme je le  comprends ! ) mais lorsque je lui ai expliqué qu'il ne pouvait y échapper si il voulait passer l'examen cantonal, il se sentait prêt à attaquer ce chameau horrible.
 
Mais entre nous, franchement à quoi cela sert vraiment la grammaire ?
Je ne fais pas appel aux chipotages proches de la maniaquerie de la grammaire pour l'orthographe (vous me direz : "cela se voit !" ) mais à ma mémoire et à une simple analyse pour savoir avec quoi ou qui s'accordent justement tout ces adjectifs ou participes passés sans savoir si ils sont attributs ou éphitètes.
Qui sait, je vais peut-être sortir de cette expérience avec une orthographe irréprochabe !
 
Mais souvent, lorsque j'enseigne à Orian toutes ces matières totalement abstraites, j'ai l'impression de perdre mon temps au lieu de lui apprendre la Vraie Vie. Je le regarde et je me souviens de mon enfance, de ce que je pensais à ces moments là :  "mais qu'est-ce que cela à voir avec la Vie ? ? ? ? ? Et comment peut-on nous torturer avec des choses qui n'ont en fait , pour un enfant, ni queue, ni tête ? "
 
Bon, je n'ose pas tout à fait ne pas faire ce qu'il "doit" apprendre.
Il vaut peut-être mieux  que ce soit ainsi ? Il ne veut peut-être pas mieux ?
je ne sais pas encore avec certitude.
 
Pour l'instant, je vais y aller doucement avec cette foutue grammaire, lui laisser le temps de bien ancrer ces analyses en lui, comme si c'était un jeu en fin de compte. Un jeu intellectuel qui n'a pas plus d'importance que n'importe quel autre jeu.
je devine déjà ce qu'il me dirait si je lui présentait réellement cela sous forme de jeu  : "j'aime pas ce jeu. On en fait un autre ? "

19:16 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un mémoire fait en 2002

J'ai trouvé un mémoire fait sur lécole à la maison fait à Lyon par je ne sais plus trop qui, mais tout ce trouve dans ce lien.
 
Intérressant.
 
http://www.lesenfantsdabord.org/etudes/dheps_lyon.pdf

18:34 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/01/2005

A lire

http://ecolesdifferentes.free.fr/PRESENTATION.htm

14:30 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Salut, Antoine !

Sur un des commentaire, Antoine, tu te plainds que l'école est "chiante".
 
Je suis tout à fait d'accord avec toi, évidemment. Bien que je garde de bons souvenirs de certains cours, mais il se fait que ces cours étaient donnés par des professeurs exceptionnels ! Et leur exception était dans leur attitude : ils nous considéraient avec respect et comme des êtres intelligents égaux à eux.
Au fait je n'ai connu que quatre professeurs comme cela : celui que j'ai eu en quatrième primaire mais dont je ne me souviens plus du nom. Un en cinquième primaire dans une école à Boitsfort et surtout, surtout, la fameuse Mademoiselle Jeanne , professeure de 6 ème primaire dans cette même école.
Jamais une méchanceté envers aucun élève, jamais une humilitaiton, jamais une moquerie, elle dégageait une tendresse immense pour chacun de nous.
Ensuite, la très, très, très célèbre Madame Dana, professeur d'histoire et de français en secondaire à St André
ha, celle là ....!
Quelle merveille ! Grâce à elle, je n'ai pas rué totalement dans les rangs.
Elle nous as donné le goût des dissertations, élocutions, le goût de la lecture.
Car elle nous laissait quatre fois par an, choisir ce que nous voulions lire et présenter ensuite. Elle ne s'était jamais moquée de ma très mauvaise othographe mais avec humour, elle réussissait à graver dans ma mémoire certains mots qui jusque là refusaient de s'y installer.
 
Enfin, je devine que cela ne t'interèsse pas pour l'instant.
 
Mais au fond, à part le fait que tu attendes que je prenne mon bâton de combattante et que je change le système afin que tu puisses en profiter, que voudrais-tu, toi ,pour qu'elle ne soit pas embêtante l'école ?
Qu'est-ce que tu proposes comme solution, toi ?
 
Est-ce une question de matières ? Sont-ce les professeurs qui sont sans intérêt ?
Oubien est-ce tout simplement le bon sens qui te dis que tu perds un temps précieux à t'ennuyer dans un lieu triste et monotone à part les injures, les moqueries, les humilitations, le mépris, les compétitions peu brillantes qui fusent dans les cours de récré, au lieu de Vivre ?
 
Je reconnais avec toi, que si ce que l'école t'a appris, c'est d'être déjà aigri à ton âge, c'est d'être déjà un jeune mouton qui attend qu'on le sauve lui, c'est bien moche !
Tu as raison de ne pas être content des écoles !

12:50 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/01/2005

Je me décontracte

Je deviens de moins en moins inquiète en ce qui concerne la "discipline" avec Orian.
 
Il ne réclame que des maths pour l'instant.
Donc, nous ne faisons que des maths.
 
Les cédéroms semblent lui convenir totalement.
Peut-être que leurs structures très binaire aide Orian à situer les choses.
Comme c'est un enfant qui a un peu de problème de latéralité et discalculie, on dirait que l'ordi eclaircit en lui ce qui semble obscure sur feuille et papier.
Le fait aussi que chaque exercice se présente seul sur l'écran doit jouer en sa faveur. Au lieu de feuilles où plusieurs exercices défilent qui confonderaient en lui les repères.
Dès que nous rencontrons un problème de compréhenssion, lui, il passerait vite fait à l'exercice suivant tandis que j'insiste pour que nous trouvions pourquoi ce n'est pas compris.
Alors, de loin les meilleurs livres qui soient sont ceux de Xavier Roegiers que j'ai déjà cités :
Leximath, et  les mathématique à l'école primaire tome 1 et 2.
 
Aujourd'hui, vendredi, nous avions répétition de théatre à Schola.  Cette fois çi, je l'ai forcé à venir.
Il s'est évidemment bien amuser avec Boris un garçon qui incarne la bonté, cela saute au coeur.
 
Je m'amuse beaucoup dans cette petite troupe de théatre, ils sont tous doués mais tout particulièrement Mathieu et Guillaume ainsi que les filles évidemment ! Quentin reste absolument naturel sur les planches.
 
Je reconnais que Céleste a bien raison d'avoir du mal à quitter cette école, l'ambiance y est vraiment superbe !
 
Au fond, cette "petite crise" que nous avons traversés pendant les vacances de Noël avec elle, les directeurs de Schola et moi a peut-être fait du bien à tous !
Céleste se rend compte qu'elle doit vraiment apprendre à gerer son stress, vivre plus cool par rapport aux attentes des professseurs, se détacher de certaines attentes affectives de la part de ses amis.
Le bien que cela m'a fait, c'est de la laisser en effet gérer elle-même son stress.  Je ne peux pas la sauver pour elle.
Disons que Céleste a conscience que c'est vrai : le choix existe !
Elle n'est pas obligée de travailler, d'étudier, de faire de bons résultats.
Je le lui disais milles fois mais je crois que tant que l'école restait "une obligation innévitable" cela ne concordait pas trop à la sois-disant liberté de bien ou ne pas bien travailler.
 
Je ne sais comment le processus s'effectue en elle, mais par le fait qu'elle peut choisir soit école à la maison , soit école à Schola, elle se détend comme un caoutchouc trop sollicité depuis trop longtemps.  Et ce caoutchouc ne reprend pas tout de suite sa souplesse.
Pour l'instant, elle fait un minimum en tout. C'est le caoutchouc qui se repose, le temps de retrouver sa souplesse.
 
 
 
 
 
 

17:09 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/01/2005

Raoul Vaneigem

Hé bien, voilà, j'ai retrouvé cette phrase de Raoul Vaneigem, mon philosophe préféré du siècle dernier et de ce siècle çi. Des quelques philosophes que j'ai lu, à part Montaigne, c'est mon préféré.
En plus il est belge !
J'adore sa verve, son bon sens, sa plume et tout ce qu'il pense !
 
J'ai eu du mal à choisir dans ses livres que j'ai lu et parmis les nombreuses phrases que j'ai notées celle qui résume en quelques mots ce dont je discute avec Arpentinops
 
"l'homme de la survie, c'est l'homme émietté dans les mécanismes du pouvoir hiérarchisé, dans une combinaison d'interférences, dans un chaos de techniques oppressives qui n'attend pour s'ordonner que la patiente porgrammation des penseurs programmés. "

15:52 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |