16/07/2005

Tout d'un coup

Ce sont les vacances, j'ai peu d'anecdotes scolaires à raconter. 
 
 Je viens voir si mon blog se porte bien. Et je constate que tout d'un coup, alors qu'il y avait peu de réactions pendant toutes l'année scolaire, des personnes ont voté !
Marrant, pleins de votes qui vont du " excellent " au " très mauvais  " !
C'est étrange cette impression. Je partage ici une expérience, je donne les prénoms de mes enfants, je livre des sentiments, je le fais en toute conscience , presque sans anonymat et les personnes votent de façon totalement anonymement.
Je me dis que les hommes politiques aussi doivent bien se demander qui votent pour ou contre eux. Ils sont là aux premiers rangs, ils s'affichent, se mettent "en danger" et sans aucun danger, les gens votent, expriment ce qu'ils en pensent sans dire qui ils sont, éliminent ou mettent au pouvoir certains sans devoir assumer leur choix à par le fait que ce choix peut être positif ou fatal par la suite.
 
Je réfléchis, je trouve étrange ce qu'on invente dans les sociétés.
C'est bien sûr moi qui ai posté l'endroit qui permet de voter. Je suis libre de ne pas le mettre.
Je trouve amusant de voir les êtres jouer le jeu. je trouve amusant ce que cela réveille en moi ce paradoxe de l'anonymat du vote pour quelqu'un ou quelque chose qui n'est pas anonyme.
Je trouve amusant de savoir que ceux qui votent "très mauvais" sont probablement contents de le faire dans l'anonymat, ou sous un pseudo qui les camoufle, comme probablement ceux qui votent "excellent " seraient contents que je les connaisse. Souvent, je pense, ce sont ceux qui me laissent un commentaire.
 
Je trouve étrange que je doive deviner ce qui est mauvais ou ce qui est excellent et pourquoi ! Est-ce tout le bog, l'idée, la façon dont j'ai fait l'école à la maison ? Est ce le fait que je suis un peu rebelle  ou pas assez ?
 
Les commentaires sont rares, mais les votes sont là. Qui vote ? pourquoi ils votent ? Quel est leur intérêt, leur vengeance, leur encouragement ?
 
A partit de ce simple tableau de vote, naît en moi des tats d'idées de scénarios, de romans, des parcelles d 'existences que j'imagine, que je devine parfois.
 
Orian va bien. Pour la toute première fois de sa vie, je l'ai entendu me dire "j'ai hâte d'être en septembre ! "
Au moins, c'est cela de gagner grâce à une année scolaire à la maison : il a repris goût au plaisir d'aller dans une école, de vouloir apprendre.
Car il y a eu une petite anecdote lorsque je suis allée au Trois Pommiers. Je disais donc à la directrice que j'avais, entre autre, bien travaillé les participes passés avec lui et que cela a mis du temps pour comprendre que ceux-ci s'accordent différement avec être ou avoir. Sur ce, la prof. me parle d'un livre très bien fait sur le sujet qui présente cela avec l'histoire de deux rois : le roi Être et le roi Avoir. Orian a tout de suite accepté de le lire lorsqu'elle lui a demandé si il voulait le voir. J'étais contente de voir l'intérêt d'Orian pour le livre. Je m'attendais à ce qu'il  fasse la grimace mais non, il n'a pas été dégoûté de ces participes, cela me faisait plaisir de le constater. J'étais contente de moi, tout simplement.
 

13:52 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

03/07/2005

Bilan pour cette année scolaire

Voilà, elle est passée très vite, cette année !
 
Je voudrais faire un petit bilan.
Comme cela, à première vue, il est positif en ce qui concerne le bien-être d'Orian.
J'aime bien ce mot "bien-être" car le mot être y est important, il résume bien tout un enfant : être bien dans sa peau, être bien dans son coeur, dans sa tête, dans tout ce qui "est".
En espagnol il y a deux verbe "être" : ser et estar. Ser est le verbe être dans son sens "racine", intrasèque, inchangeable du genre "je suis une fille , je suis de peau blanche ou noir, je suis grande " etc...
Estar est le verbe être dans son sens momentané du genre "je suis fatigué, je suis triste, je suis fâché " etc.......
 
Bien-être correspond, pour moi, au verbe ser en espagnol.
Cette année scolaire a donc surtout développé cela chez Orian, son bien-être. Il a retrouvé sa confiance en lui-même, pas seulement parce qu'il a fait des progrès dans ses acquis scolaires, mais surtout parce qu'il a participé à la méthode, aux horraires, aux matières à étudier. Il avait son mot à dire, il a été, par moi, respecté comme une personne intelligente, autonome, qui sait ce qu'elle veut et ne veut pas et qui peut discuter et négocier avec l'adulte en ce qui concerne ce qu'il veut étudier, ce qu'il ne veut pas mais dont il reconnaît la nécéssité d'essayer quand même etc.....
 
L'école à la maison n'a aucun intérêt si c'est pour imposer à l'enfant une autorité indiscutable.
 
J'ai découvert, en donnant l'école à mon fils, qu'il est de bonne volonté - de très bonne volonté ! - alors que si je m'étais contenté de me forger une opinion sur les devoirs et leçons tandis qu'il allait encore à l'école, j'aurais pensé tout le contraire.
J'ai découvert qu'il faisait de très gros efforts pour essayer de comprendre, que cela le fatiguait terriblement et qu'il a un rythme de 2O minutes. Toutes les 20 minutes, il a besoin d'une pause de plus ou  moins 7 minutes où il se défoule physiquement. J'ai aussi maintenant la certitude qu'un enfant, lorsqu'il fait de gros efforts cérébraux a besoin de boire beaucoup d'eau.
Il est en fait criminel d'interdir aus enfants de boire de l'eau en classe. C'est comme refuser de remplir une voiture d'essence alors qu'elle est à sec. Hé bien pour un enfant, c'est la même chose ; son cerveau ne fonctionne plus dès lors qu'il n'est pas abreuvé en eau.
 
J'ai découvert que tout ce qui est oral, ou appris oralement fonctionne mieux chez Orian.
Ce dernier mois - je ne suis pas venue souvent ecrire sur le blog - j'ai surtout travailér les conjugaisons par oral, tous les modes et leurs temps. Je lui faisais épeler l'orthographe. En même temps, il jouait qu'il épelait ou répétait les verbes. L'association " mouvements  + répétition orale " a donné de bons résultats chez Orian. Il en est même arrivé à aimer la conjugaison, ce qu'il détestait au début de l'année.
 
j'ai aussi fait une expérience très interressante. Tandis qu'il jouait sa guitare et qu'il était concentré sur l'apprentissage des accords, je lui faisait entendre les leçons d'anglais avec l'Assimil et ses CD.  J'ai constaté qu'il mémorisait plus facilement et plus rapidement les leçons quand il joue en même temps de la guitare au lieu de devoir être tranquille et écouter la leçon tout en la répétant.
 
je n'ai pas accompli le programme complèt de la 5 ème mais le but n'était pas de faire le programme , le but était de remettre Orian sur un rail de bien-être, de confiance en lui et de lui redonner goût à l'apprentissage et à l'effort, d'en faire un être plus sociable, moins renfermé sur lui, plus ouvert aux autres en dehors du cadre scolaire.
 
Le but est atteint, je suis fière de moi.
 
Maintenant, il y a quand-même un bémol à ce beau tableau : Orian se sentait seul, il lui manquait, pendant la journée, un ami ou l'autre. bien qu'il les retrouvait tous après les heures d'école, la fin de l'après midi était longue pour lui. Nous avons fait énormément de bricolage, surtout du papier mâché, mais le fait qu'il ne peut se mesurer à d'autres créations, cela fini par ne plus l'amuser, il ne trouve plus d'inspiration.
 
Donc, Orian m'a demandé plusieurs fois en fin d'année soclaire,de retourner à 'lécole. Nous en avons discuté souvent.
- Maman, je voudrais retourner à l'école pour avoir des amis mais aussi, je n'ai pas envie de retourner à l'école car il y a des devoirs et c'est embêtant ce qu'on y apprend.
Comme d'habitude, j'ai lancé au Ciel la demande, j'ai demandé, comme je le fais souvent, à Être de m'aider.
J'avais confiance, une solution - peut importe laquelle mais elle serait "solution" - allait se présenter.
j'ai donc chercher un peu autour de moi, j'ai mis des petites annonces dans "agenda plus" disant que je fais l'école à la maison et que je voulais créer un petit réseau de parents faisant de même afin que nos enfants puissent de temps en temps partager leurs connaissances et leurs amitiés.
Arpentinops m'a parlé d'une école qui pourrait rejoindre mes objectifs : le Verseau. Je connaissais déjà. Bien que mon intuition sentait que ce n'est pas l'école qui convient à Orian, j'y suis allée l'autre jour avec lui, à l'improviste, juste pour voir, pour sentir.
- Orian, c'est toi qui décideras si tu veux aller dans une école, dans celle là où une autre. Je ne vais jamais plus t'inscrire dans une école que tu ne "sens" pas . Donc, ne t'inquiète pas, si nous allons là, ce n'est pas pour t'inscrire mais pour sentir si cela te convient.
Il faut savoir que lorsqu'Orian entrait en deuxième année primaire, j'ai dû changer d'école car j'étais en plein déménagement et je cherchais une école à mi-chemin entre l'ancienne demeure et la nouvelle. Orian dès le départ m'avait déclarer qu'il ne sentait pas cette école. J'aurai dû l'écouter, mais à l'époque, je doutais encore qu'un enfant puisse si bien savoir ce qui lui convient. Cette deuxième année primaire fut catastrophique au niveau scolaire. Le professeur, bien que très gentille, n'a pas dédecté la dyscalculie, dysorthographie et dyslexie d'Orian. Il avait beau faire des efforts, il n'obtenait aucun résultat. Ce fut l'année de tous les décrochages.
 
Arrivés au Verseau, on nous a vite expliqué que cela ne valait même pas la peine de visiter l'école ou d'obtenir des renseignements car il n'y avait plus de place en 6 ème primaire. Par contre, on nous a conseillé, sachant qu'Orian sortait d'une année à la maison, l'école des TRois Pommiers à Court-St-Etienne.
 
Après avoir obtenu un rendez-vous, nous y sommes allés. J'ai bien répéter à Orian que si il ne sentait pas l'école, je ne l'inscrirais pas. 
L'école est  tout près de la guare de Court-St-Etienne, le premier abord visuel lui donne un aspect tout petit, pas tellement d'espace. Orian me dit tout de suite " je préfère quand il ya de l'herbe partout " (ce qu'il y a chez nous et avait dans son école à Forville )
- Attend, Orian ne te fais pas une opinion trop vite. Il faut aussi être à l'intérieur et sentir.
La directrice nous reçoit. J'ai immédiatement une bonne impression d'elle, une douceur et une tendresse se déguage d'elle.  Nous montons dans sa classe, celle des cinquièmes et sixièmes. Elle n'est pas très grande la classe mais pleine de charme, on y sent le bonheur qui y plâne encore en cette fin d'année scolaire. J'observe du coin de l'oeil Orian. Je remarque que toutes ses "antennes" sont en activité ! Il semble satisfait déjà de l'ambiance familiale qui se dégage de l'ensemble de l'école. Au fur et à mesure que la directrice nous explique le projet de l'école, je vois Orian de plus en plus à l'aise. Et lorsque l'annonce principale tombe : il n'y a jamais de devoir ne de leçon Orian a son visage qui s'illumine !
La méthode que l'école des Trois Pommiers utilise est la méthode Freinet. Je ne vais pas l'expliquer, tout se trouve sur internet pour qui sait utiliser un moteur de recherche. Ce que je peux dire c'est qu'elle correspond totalement à l'idée que je me fais d'une école !
A la fin de l'entrevue, je demande à Orian :
-Orian, est-ce que tu veux que nous en discutions encore un peu ensemble ou as-tu déjà envie de t'inscire dans cette école.
- Inscris-moi,dit-il avec autorité.
- Quoi ? tout de suite ? tu es sûr de toi ? Je ne m'attendais pas à une décission si rapide.
-Oui, oui, Maman j'ai envie que tu m'inscrive, je suis sûr de moi.
Et donc, voilà c'est fait, à peine dit, nous avons remplis le formulaire d'inscription.
 
Je suis à la fois contente d'avoir trorver une école qui correspond totalement au caractère d'Orian et je suis triste d'arrêter avec  lui cette expérience d'école à la maison. Car je sens que nous n'étions pas encore tout à fait rôdés, il y avait encore moyen de faire d'autres découvertes grâce à l'école à la maison.
Ce qui est certain, c'est qu'il manquait pour Orian d'un compagnon ou d'une compagne pour jouer et étudier ensemble. Car apprendre ensemble, entre enfants, c'est ce qu'il y a de mieux et c'est la pédagogie des Trois Pommiers.
 
Il me restera Céleste, tant qu'elle ne prend pas une autre décision, pour l'instant, c'est encore à la maison qu'elle veut rester et étudier.
Pour l'instant, elle est avac une amie au bout du monde jusqu'à la fin de juillet.
 

12:58 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |