29/03/2005

"le maître ignorant "

Voici déjà quelques extraits du dernier livre que je lis.
 
" Entendons-le bien, et , pour cela, chassons les images connues. L'abrutisseur n'est pas le vieux maître obtus qui bourre le crâne de ses élèves de connaissances indigestes, ni l'être maléfique pratiquant la double vérité pour assurer son pouvoir et l'ordre social. Au contraire, il est d'autant plus efficace qu'il est savant, éclairé et de bonne foi. Plus il est savant, plus évidente lui apparaît la distance de son savoir à l'ignorance des ignorants.  Plus il est éclairé, plus lui semble évidente la différence qu'il y a entre tâtonner à l'aveuglette et chercher avec méthode, plus il s'attachera à subsituer l'esprit à la lettre, la clarté des explications à l'autorité du livre.  Avant tout, dira-t-il, il faut que l'élève comprenne, et pour cela, qu'on lui explique toujours mieux.  Tel est le souci  du pédaguogue éclairé : le petit comprend-t-il ? Il ne comprend pas. je trouverai des manières nouvelles de lui expliquer, plus rigoureuses dans leur principe, plus attrayantes dans leur forme ; et je vérifierai qu'il a compris.
Noble soucis. malheureusement, c'est justement ce petit mot, ce mot d'ordre des éclairés - comprendre - qui fait tout le mal. C'est lui qui arrête le mouvement de la raison, détruit sa confiance en elle-même, la met hors de sa voie propre en brisant en deux le monde de l'intelligence, en instaurant la coupure de l'animal tâtonnant au petit monsieur instruit, du sens commun de la science. Dès lors qu'est prononcé ce mot d'ordre de la dualité, tout perfectionnement dans la manière de faire comprendre, cette grande préocupation des méthodistes et des progressistes, est un progrès dans l'abrutissement. L'enfant qui ânonne sous la menace des coups obéit à la férule, et voilà tout : il utilisera son intelligence à autre chose "
 
Cet extrait me fait énormément réfléchir !
Je me rends en effet compte, en pensant à mon attitude avec Orian, que je lui explique parfois trop, je vérifie s' il a compris.  Peut-être que parfois, je devrais le laisser devant la nécéssité de comprendre par lui-même , à partir du moment où il a devant lui, dans son livre, une explication, il a en effet l'intelligence de pouvoir comprendre par lui-même.
 
Autres extraits :
"Comprendre n'est jamais que traduire, c'est-à-dire donner l'équivalent d'un texte mais non point sa raison "
 
" Ils étaient allés comme on ne doit pas aller, comme vont les enfants, à l'aveuglette, à la devinette. Et la question se posait alors : est-ce qu'il ne fallait pas renverser l'ordre admis des valeurs intellectuelles ? Est-ce que cette méthode honnie de la devinette n'était pas le vrai mouvement de l'intelligence humaine qui prend possession de son propre pouvoir ? "
Bonne question ! Moi qui m'inquiétais qu'Orian allait toujours "à la devinette " j'ai bien tort il semblerait....... 
 
" L'enfant qui répète les mots entendus et l'étudiant flamand "perdu" dans son Télémaque ne vont pas au hasard. Tout leur effort, toute leur exploration est tendue vers ceci : une parole d'homme leur a été adressée qu'ils veulent reconnaître et à laquelle ils veulent répondre, non en élèves ou en savants, mais en hommes ; comme on répond à quelqu'un qui vous parle et non à quelqu'un qui vous examine : sous le signe de l'égalité "
 
" Cette méthode de l'égalité était d'abord une méthode de la volonté.  On pouvait apprendre seul et sans maître explicateur quand on le voulait, par la tension de son propre désir ou la contrainte de la situation. "
 
" Il y a a abrutissement là où une intelligence est subordonnée à une autre intelligence. L'homme - et l'enfant en particulier - peut avoir besoin d'un maître quand sa volonté n'est pas assez forte pour le mettre et le tenir sur sa voie. mais cette sujétion est purement de volonté à volonté. Elle devient abrutissante quand elle lie une intelligence à une autre intelligence. Dans l'acte d'enseigner et d'apprendre il y a deux volontés et deux intelligences.  On appellera abrutissement leur coïncidence.  Dans la situation expérimentale crée par Jacotot, l'élève était lié à une volonté, celle de Jacotot, et à une intelligence, celle du livre, entièrement distinctes.  On appellera émancipation la différence connue et maintenue des deux rapports, l'acte d'une intelligence qui n'obéit qu'à elle-même, lors même que la volonté obéit à une autre volonté. "
 
"Or Jacotot n'avait rien transmis. Il n'avait fait usage d'aucune méthode. La méthode était purement celle de l'élève "
 
" L'expérience pourtant dépassa son attente.  Il demanda aux étudiants ainsi préparés d'écrire en franças ce qu'ils pensaient de tout ce qu'ils avaient lu (les étudiants étaient tous de langue flamande n'ayant jamais parler le français ) Il s'attendait à d'affreux barbarismes, à une impuisance absolue peut-être. Comment en effet tous ces jeunes gens privés d'explications auraient-ils pu comprendre et résoudre les difficultés d'une langue nouvelle pour eux ?  N'importe ! Il fallait voir où les avait conduits cette route ouverte au hasard, quels étaient les résultats de cet empirisme désespéré.  Combien ne fut-il pas surpris de découvrir que ces élèves, livrés à eux-mêmes s'étaient tirés de ce pas difficile aussi bien que ne l'auraient fait beaucoup de Français . Ne fallait-il donc plus que vouloir pour pouvoir ? tous les hommes étaient-ils donc virtuellement capables de comprendre ce que d'autres avaient fait et compris ? "
(Les étudiants avaient été interrogés sur Télémarque, lu en français, juste avec une traduction flamande en vis-à vis. )
 extraits du livre " le maître ignorant " de Jacques Roncière dans l'édition 10/18
 
 

20:52 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/03/2005

Un livre !

J'ai peu de temps ce soir.
Mais il est important que j'écrive ceci :
Céleste a décidé de se donner un objectif très précis : elle va passer son examen d'admission à la faculté universitaire de St Louis, à Bruxelles. Cet examen porte aussi le nom plus connu de "examen d'entrée  d'agronomie". Il vaut le diplôme de fin d'études secondaires, ou bac pour les français. Il lui ouvre toutes les portes dans toutes les universités ou écoles supérieures pendant les troix années qui suivent sa réussite à cet examen.
 
Les premières épreuves auront lieu vers la mi-Mai.
Le premier but est de se donner un objectif, le deuxième est d'essayer de réussir.
Si elle réussit, tant mieux, elle aura, en juin, fini ses études secondaires supérieures et si elle ne réussit pas, c'est pas grave, elle n'a que 16 ans et  toute l'année prochaine pour s'y repréparer tranquillement.
 
Dans l'objectif de préparer cet examen d'admission, nous avons été acheter les trois livres qu'elles devra présenter pour l'epreuve de français. Parmis ces trois livres, il faut un essai.  En cherchant ensemble, j'ai découvert celui-çi : " le maître ignorant " de Jacques Rancière, philosophe, dans la collection 10/18.
Je jubile en le lisant. ( non, non, ne comptez jamais sur ma modestie ..... ! )
Ce livre répète tout ce que je pensais par intuition : pas de besoin de maître-explicateur et connaisseur pour apprendre !
 
Je recopie ici juste le résumé :
" En 1818, Joseph Jacoto, révolutionnaire exilé et lecteur de littérature française à l'université de Louvain, commença à semer la panique dans l'Europe savante.  Non content d'avoir appris le français à des étudiant flamands sans leur donner aucune leçon, il se mit à enseigner ce qu'il ignorait et à proclamer le mot d'ordre de l'émancipation intellectuelle : tous les hommes ont une égale intelligence.  Il ne s'agit pas de pédagogie amusante, mais de philosophie et de politique. Jacques Rancière offre, à travers la biographie de ce personnage étonnant, une réflexion philosophique originale sur l'éducation. la grande leçon de Jacotot est que l'instruction est comme la liberté : elle ne se donne pas, elle se prend !"
(donc, tant qu'un enfant n'a pas envie de "prendre " l'instruction, cela ne sert à rien, à rien, à rien ! )
Je suis prète à recopier ici chapitre après chapitre tant ce qui y est dit va dans mon sens. (évidemment ! ) Mais je me contenterai, à contre coeur, de ne donner que quelques extraits de temps en temps.
 
Je l'ai en main , ce livre, que depuis quelques heures et il me donne des pistes fantatisques pour Orian.
Mais je dois y aller, je partagerai encore ce livre au fur et à mesure que je le lis.
Je le conseille entre autres à Thalie pour son Quentin qui semble comme mon Orian, prêt à la distraction dès qu'elle se présente.  Je crois que dans ce livre, nous comprendrons pourquoi cette distraction, et je viendrai partager ici ce que j'y découvrirai.
 

19:51 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/03/2005

de mauvaise humeur

Depuis quand ne suis-je plus venue  écrire ici ?
 
J'avoue que je me sens débordée.
 
Ce doit être le printemps, j'ai des envies de rangements, je me sens pompée par le désordre qui règne dans la maison, dans le jardin.  Alors que j'ai toujours aimé me trouver dans une maison ordonnée, sans être maniaque, maintenant, c'est le pon-pon : les enfants qui ont gardé l'habitude du temps où je rangeais certaines de leurs affaires sous prétexte qu'ils avaient des devoirs et des leçon à faire,  la chienne qui est chaleur et le mâle qui en devient fou, le mari qui range "à sa façon" mais qui ne concorde évidemment pas à la mienne.....
 
Bref, je craque ! Et j'en ai marre et donc, je n'ai qu'une envie, ranger, ranger, ranger et d'envoyer tout le reste et tout le monde sur les roses !
En plus, je ne sais comment cela se fait, mais j'ai l'impression de ne faire que des navettes toutes les  journées, du matin au soir. 
Si je sais...comme Céleste ne va plus à l'école et que ces amis lui manquent, me voilà à les chercher dans les diverses gares, dès que je peux, pour les week-end où les mercredis après-midi.
Il y a eu des répétitions importantes de théâtre aussi, comme par hasard à des kilomètres de la maison. Et puis, il y a Orian qui a des envies de cousins, les week-end,  eux aussi à des kilomètres.
 
Bref, cette aventure d'école à la maison, c'est pas encore au point en ce qui concerne mes activités.
Au début si, je gagnais du temps, le rythme était bon.
Le retour de Céleste à la maison demande une réorganisation et je ne trouve plus le temps.
 
Le temps...le temps... le temps......ha la la !
 
Et puis, elle est triste de ne plus voir ses amis dans un cadre scolaire, cela me donne des sentiments de culpabilité alors, je fais tout pour qu'elle trouve la vie toujours belle.
Ai-je raison ? Est-ce que je fais bien ?
Peut-être qu'il vaudrait mieux pour elle de la réinscrire comme élève libre dans une autre école ?
Mais alors, je me plie à ce que je déteste : faire de nos enfants des juste-bon-à-être-poussés-ou-tirés, mais pas des êtres autonomes.
Je suis consciente que Céleste a derrière elle, contrairement à Orian, 6 années primaires et 5 années secondaires où elle a été petit à petit coupée de cette auto-discipline.
Je suis étonnée de voir Orian  s'être adapté si vite à cette auto-discipline, que je lui impose moi certe, mais il sait bien que si il insistait pour dire "non, aujourd'hui, je ne travaille pas" il aurait gain de cause.  (Ce qui arrive parfois et j'accepte)
Alors qu'Orian à toujours été bien moins bon élève que Céleste.
Je suis consciente que Céleste se retrouve presque dans un "pays totalement étrangé", comme si elle ne connaissait ni la langue, ni les  coutumes, ni les habitudes, ni comment on y vit. Elle doit tout y apprendre.
Autour de moi, les amis s'inquiètent : " Est ce qu'elle travaille ? "
NON, elle ne travaille presque pas.
Et alors ? Je vois bien leur peur, j'entends bien cette peur que nous avons tous !
Notre société a si bien détruit notre autonomie, notre joie de vivre. En Afrique, les africains, ils ont encore cette merveilleuse qualité, oui, qualité, de ne pas travailler si ce n'est pas nécessaire, de profiter de la vie, des moments de deuil, de chagrin de joie.
Mais enfin, de quoi a-t-on peur lorsqu'une enfant ne travaille pas ?
Pourquoi pas cette peur dès que ce sont les vacances qui sont là ?
Parce que ce sont les vacances ?
Et ça change quoi, ce mot "vacances" ?
Ce sont des conventions et elles sont devenues  si fortes qu'en dehors de ce mots "vacances" on dirait qu'on n'a pas le droit de ne rien faire. Enfin, "rien faire"....je dirais plus poétiquement " faire rien...... "
Je sais du fond de mes tripes, que Céleste ne va pas rester comme cela "pour toujours".
Je sais très bien qu'elle ne va pas devenir "bête" parce que pendant peut-être 6 mois, de mars à août, elle ne va pas "travailler". Elle va vivre, s'enrichir de ne faire "rien" et s'embêter tellement que pour finir, elle trouvera au fond d'elle l'envie de faire autre chose que rien.
elle va parfaitement "travailler" mais pas selon les critères devenus "soupe rose" de notre société. (pour comprendre le mot soupe rose, voir le post "ceci aussi sont de bonnes raisons pour l'école à la maison" du 03.01.2005 )
Je sais qu'elle aura son diplôme mais franchement, très très franchement, si les gens étaient honnêtes au fond d'eux, se regardaient au fond de leur âme, de leurs souvenirs d'enfance, se regardaient dans les yeux de leur humanité, pourquoi ont-ils peur de ce "pas travailler" pendant un petit temps en dehors des vacances ?
 
Je vous lance ce défi, à vous tous qui me lisez peut-être .
Pourquoi avez-vous peur ? De quoi avez-vous peur ? Et pourquoi ne pas simplement dire "oui, j'ai peur, cela n'a pas de raisons profondes valables, mais j'ai peur"
 
Peur de la Vie, peut-être ...........
 
Bref, j'aspire à MES vacances : seule pendant 10 jours, toutes seule pendant 10 jours, sans repas à faire, sans courses à faire, sans navettes de tout genre à faire, sans mari et sans enfants.
 
SEULE !
 
Mais personne ne comprend cela. Sauf les autres mamans peut-être.
 
Il me reste une semaine avant les vacances de Pâques et voici ce que je décide :
Aucune navette en plus de celles nécessaires : les courses pour la maison, Quentin qui va à l'école.
Pas de courses inutiles !
Ecole à la maison la matinée, avec Orian et Céleste. L'après-midi, rangements, avec les enfants qui m'aident.
Pas de navettes pour chercher les copains, ou déposer les enfants chez l'un ou l'autre juste pendant cette semaine. Après, ce sont les vacances, ils se verront tant qu 'ils le veulent.
 
Je sais déjà que j'aurai à peine 4 jours, à la fin des vacances, de solitude pour enfin peindre !
 
Bref, je suis de mauvaise humeur aujourd'hui !


14:46 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

15/03/2005

Un jeu amusant


>>>Bonjour,

>>>
>>>Voici un petit jeu pour s'amuser un peu ...
>>>
>>>>
>>>>
>>>>Il faut jouer sans tricher.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Le test de personnalité du Dalaî Lama est un test très révélateur
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Il n'a que 4 questions, mais tu seras surpris(e) par des
>>>>résultats!
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>STP, ne fais pas défiler l'écran pour connaître les réponses
>>>>avant de
>>>>
>>>>répondre aux questions.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>L'esprit d'un humain est comme un parapluie : il travaille mieux
>>>>lorsqu'il
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>est ouvert, donc suis les instructions et amuse-toi avec ces 4
>>>>questions.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Tout d'abord, fais un voeu avant de commencer à répondre au test.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Attention, réponds aux questions une à une et ne triche pas,
>>>>sinon
>>>>
>>>>cela ne marchera pas !!!
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>C'est un questionnaire sérieux qui te dira beaucoup de choses sur
>>>>ta
>>>>
>>>>personnalité.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Écris les réponses sur du papier au fur et à mesure.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Premièrement Classe ces animaux dans ton ordre de préférence :
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>a) Vache
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>b) Tigre
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>c) Loup
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>d) Cheval
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>e) Cochon
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Deuxièmement Écris un mot (ou adjectif) qui décrit chacun des
>>>>mots
>>>>
>>>>suivants :
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>a) Chien
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>b) Chat
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>c) Rat
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>d) Café
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>e) Océan
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Troisièmement ; Pense à quelqu'un (qui te connaît aussi et qui
>>>>est
>>>>
>>>>important à tes yeux) que tu peux lier avec les couleurs
>>>>suivantes (une
>>>>
>>>>personne par couleur) :
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>a) Jaune
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>b) Orange
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>c) Rouge
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>d) Blanc
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>e) Vert
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Quatrièmement Enfin, écris ton nombre favori, ainsi que ton jour
>>>>préféré
>>>>
>>>>de la semaine.
>>>>
>>>>C'est fait ?
>>>>
>>>>Vérifie que toutes tes réponses sont correctes.
>>>>
>>>>Maintenant, regarde les réponses ci-dessous :
>>>>
>>>>on ne triche pas !......
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Question 1 L'ordre de ton choix va définir tes priorités dans la
>>>>vie
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>a) Vache symbolise la carrière
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>b) Tigre représente la fierté
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>c) Loup désigne l'amour
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>d) Cheval la famille
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>e) Cochon c'est pour l'argent
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Question 2
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Ta description du chien représente ta propre personnalité
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Ta description du chat représente ton (ta) conjoint(e), ou ta
>>>>
>>>>personnalité de couple
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Ta description du rat symbolise la personnalité de tes ennemis..
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Ta description du café montre la manière dont tu interprètes le
>>>>
>>>>sexe
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Ta description de l'océan représente ta vie.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Question 3
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Jaune : Quelqu'un que tu n'oublieras jamais.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Orange : Quelqu'un que tu peux considérer comme un(e) très
>>>>
>>>>bon(ne)ami(e)
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Rouge : Quelqu'un que tu aimes réellement
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Blanc : Ton âme soeur
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>Vert : Quelqu'un dont tu te rappelleras toute ta vie.
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>
>>>>

09:44 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/03/2005

des nouveaux liens

Voici des nouveaux liens que vous trouverez dans la colonne de droite aussi
 
http://users.swing.be/carrefour.naissance/InstructionEnFa...

18:08 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

différentes méthodes

Pour ceux qui cherchent quelques documentions sur les diverses méthodes modernes en enseignement, je leur propose de cliquer , ici dans la colonne de droite, sur le lien "la méthode Gattegno".  Vous y trouverez d'autres liens intétéressants.

11:22 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/03/2005

pour l'instant, avec Céleste.

Le fait que Céleste soit revenue à la maison, un peu poussée par le triste fait de mardi 1 mars,   son enthousiasme à faire à l'école à la maison, enthousiasme qu'elle avait encore pendant les vacances de Noël , n'est plus du tout le même. Les circonstances ayant changé, l'objectif de faire l'école à la maison a une autre connotation.
En plus, Céleste est celle qui est la plus fatiguée des changements physiques que crée le repositionnement de l'Atlas.  Elle a aussi dû mener de front un rôle dans une pièce de théâtre où elle a eu juste deux semaines pour apprendre le rôle et la mise en scène car elle remplaçait, presque au pied levé, une actrice. Tout cela l'un dans l'autre (quitter son école sous un choc émotionnel fort, le repositionnement de l'Atlas, le rôle pour remplacer cette actrice ) l'a terriblement fatiguée et elle éprouve le besoin d'une sieste d'une heure par jour.
Ce n'est que depuis deux jours que doucement, elle se met à étudier.
 
Nous avons un peu analysé les solutions qui se présentaient à nous :
- soit  nous nous dépêchions de courir l'inscrire dans une autre école. Mais ce n'est pas du tout ce qu'elle a envie, et moi non plus, je ne vois aucun drame à ne pas être dans une école. Pour ceux qui voudraient comprendre mon point de vue, il suffit de lire les premiers posts de ce blog.
- Soit elle se dépêche de passer son jury central en étudiant ici avec les cours par correspondance. Mais elle est jeune et si elle le passe l'année prochaine, c'est très bien.
 
Nous avons décidé que jusqu'en juin, elle resterait donc à la maison, étudiant librement ce qui lui plaît, profitant de ce temps pour se cultiver de façon générale, dans les musées, par quelques voyages Ryanair par-ci, par-là. Ayant une tante ou un oncle dans chaque capitale de l'Europe, il est facile pour moi de visiter avec mes enfants chaque musée de chaque pays.
En juin, nous verrons comment elle se sent en étudiant à la maison. Si cela lui plait, si elle ne souffre pas d'être sans aucun autre jeune de son âge, nous continuerons cette solution. Sinon, je l'inscrirai tout simplement dans une école qui prépare au jury central et elle se retrouvera avec des amies et amis.
Pour l'instant, elle voudrait parfaire une culture générale en histoire de l'art et en littérature.
Nous avons profité de la Foire du Livre à Bruxelles pour acheter deux trois livres sur ces deux sujets.
Il y a deux jours, un peu reposée, d'elle-même elle a ouvert son nouveau livre sur l'histoire de l'art pour commencer au Moyen Âge.
Assez vite j'ai entendu  "maman, c'est un peu embêtant"
Je me suis penchée sur son livre.
-Tu as raison, c'est un peu rébarbatif, mais souviens-toi que tu n'as aucune limite de temps pour comprendre et apprendre. Il n'y a aucun devoir ni aucune leçon à rendre ni à étudier. Tu le fais pour toi, par fierté pour toi-même.
As-tu lu l'introduction ?
-Non.
-Commence par elle, elle donne déjà les grande lignes, celles qui donnent envie de comprendre par la suite les détails. Tiens ?  "Edit de Milan" tu sais de quoi il s'agit ?
- Non.
- Ah, tu vois, c'est ça que tu dois faire : essayer de comprendre chaque chose sinon, tu n'auras pas de fil conducteur, de lien entre les choses que tu vas apprendre. Moi non plus, je ne sais pas ce que c'est. Tu n'as personne à convaincre, c'est toi qui doit simplement comprendre. Allons voir sur Internet.
(Vive Internet ! )
Céleste est encore dans le moule  " il faut le faire parce que on me l'a demandé ".
Rien que ces deux, trois phrases échangées entre nous lui ont déjà ouvert une autre perspective pour approcher les études.
Ce n'est pas du jour au lendemain qu'elle va trouver cette auto-motivation, depuis le temps que les écoles ne la lui ont plus apprise en fait !
 
Maintenant, c'est Charles qui l'aide bien en lui proposant de continuer des travaux de géométrie. Cela la stimule en effet, elle retrouve là  le goût de travailler.
Merci Charles, d'autant plus qu'elle n'est pas obligée de le faire ! Hier, elle a travaillé pendant deux heures à cette géométrie. Je la voyais toute concentrée, soignée, bien dans sa peau.
Je le lui ai fait remarquer.
Elle est mignonne ! Elle me répond :
- Oui, mais c'est parce que Charles me l'a demandé. C'est parce que j'ai envie qu'il soit fier de moi. Ce n'est pas pour moi.
- Hé bien, c'est très bien ! Tu sais, c'est petit à petit que tu trouveras en toi la motivation de le faire pour être fière de toi-même, laisse-toi le temps ! Et même si cela ne vient pas, tu trouveras, comme avec Charles, d'autres motivations qui t'aideront, ne t'inquiète pas. Ce qui compte,c'est que tu ne fasses pas les choses uniquement parce que tu es obligée, tu as bien constaté que cela ne te motive absolument pas.
 

12:18 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |