05/03/2005

le feu de la passion est passé

Cela fait donc, plus d'un mois que je fais l'école à la maison avec Orian. Nous sommes maintenant passés  à une étape de "routine", c'est-à-dire que le feu du " c'est nouveau, c'est amusant " est consumé. Avec Orian, j'entre dans la phase révélatrice : soit l'école à la maison n'était qu'un caprice,  soit cela deviendra une profonde expérience, celle qui donnera vraiment des fruits grâce à des racines correctement plantées.  C'est maintenant que la discipline fera son effet, c'est maintenant que je dois  me tenir à ce qui a été dit à propos du travail.
Orian souffre parfois, c'est vrai, de ne pas avoir d'ami avec qui jouer. Bien qu'il se sente moins seul depuis que Céleste est à la maison, il trouve injuste que je ne sois pas là à exiger que Céleste se mette à travailler aussi fort que lui. De voir sa soeur pour l'instant ne pas travailler ne le stimule pas trop.
 
Je constate qu'Orian est rebranché " pas d'effort ". Lorsque je lui explique, par exemple, que pour les temps composé en conjugaison, il y a toujours un auxiliaire et que je lui explique ce que c'est, si tout de suite après, je lui demande d'expliquer (exemples à l'appui ) comment on forme un temps composé, il regarde en l'air, l'oeil vague, franchement, cela ne le branche pas la théorie de la conjugaison !
Il me donne parfois une réponse ; si je lui demande " et pourquoi cette réponse ? " il sourit et me dit " par hasard ".
Evidemment, cela me fait rire ! Je lui explique alors mon point de vue :
- Orian, la vie, une fois de plus est faite de choix.  Chaque choix a sa part moins agréable. Tu m'as dis qu'en fin de compte, tu préfèrerais retourner à l'école dès que cela sera possible. Bon, pour retourner à l'école, il faut au moins que tu te retrouves au même niveau que tes compagnons de classe et pour l'instant, nous n'y sommes pas. Si tu désires sincèrement retourner à l'école, il faut que tu fasses un effort de concentration, que tu écoutes ce que je dis, que tu essayes de comprendre et que tu ne te contentes pas seulement d'écouter et puis d'oublier tout de suite après. Je sais qu'à force de te répéter plus de 100 fois la même règle, elle finira par entrer dans ta tête car tu as une mémoire auditive. Mais tu pourrais aller plus vite dans ton apprentissage et donc, retourner dans une école dès que cela sera possible si tu fais un effort et que tu essayes de comprendre tout de suite. Pour ma part, je ne suis pas pressée, je ne vois aucun mal à ce que tu mettes un mois, ou une semaine à comprendre une règle grammaticale, je te l'ai dit, c'est aussi là une des raisons de l'école à la maison : te laisser le temps d'apprendre à ton rythme. Seulement, il sera impossible que tu retournes dans une école si tu n'es pas prêt. Alors, c'est à toi de choisir, la balle est dans ton camp.
- Mais maman, ce n' est pas comme cela que je voyais l'école à la maison ! Je nous voyais faire plus de bricolage, des expériences.
- Les bricolages, je les fais l'après-midi, une fois que nous avons fait au moins nos deux heures de travail scolaire par jour. Tu l'as bien vu.
-Oui, mais alors, c'est pas " pendant l'école " que nous faisons du bricolage.
Je comprenais ce qu'il voulait dire : l'école, c'est le matin et l'après-midi , ce n'est plus l'école. Donc, faire du bricolage "à l'école" c'est le faire pendant les heures d'apprentissage scolaire et comme l'après midi, il n'y a plus d'apprentissage scolaire, hé bien alors faire du bricolage l'après-midi, c'est pas " pendant l'école ".
-Pour ce qui est des expériences, cela va venir, j'attends les beaux jours et aussi, j'aimerais bien acquérir un bon microscope mais cela me demande un petit investissement et pour l'instant, ce n'est pas possible. Les excursions aussi, je pense en faire une par semaine, soit dans un musée ou un autre endroit quelconque.
 
Orian, après cette petite discussion, a fait en effet un effort de concentration et donc, il a assimilé ce que je lui expliquais pour les temps composés en conjugaison. Ce fut même tout de suite assimilé !
Je dois avouer que j'ai un peu de mal à comprendre comment on accorde les participes passés avec le COD ou un participe passé attribut. J'ai parfois un peu de mal à différencier s' il y a un COD ou un participe passé attribut.  "  à qui  " ou "quoi ? " se confondent parfois.
Heureusement que je travaille avec des méthodes qui offrent la correction et souvent, c'est grâce à la correction que le déclic se fait chez moi.
N'empêche, je sens le besoin d'y passer moi-même une petite heure pour mieux saisir toutes ces subtilités bien compliquées en me plongeant dans le Grevisse. Car en fait pourquoi donc avoir décidé que le participe passé ne s'accordait avec le COD que si il précède ce participe passé ? Et  si c'est un COI, il ne s'accorde pas ? Où est la logique  ? C'est cela qui fait qu' Orian n'accroche pas, en tant qu'enfant archi-concret, pour lui, c'est franchement des règles de jeux bizarres.
 
En attendant, Orian bouscule en moi une fois de plus des conventions. Par ses remarques sur " je ne voyais pas comme cela l'école à la maison " et précisant qu'il pensait qu'il y aurait plus d'expériences, je vois en effet que ce qui intéresse cet enfant, c'est tout ce qui est concret. Je me dis que je devrais être plus courageuse et vraiment oser faire l'apprentissage par le concret. Peut-être passer par plus d'expériences, comme il le dit et par là trouver le biais qui l'amènerait à voir le lien avec la grammaire par exemple ?
Le hic, c'est qu'il n'y a aucun lien avec la grammaire lorsqu'on bricole par exemple ! La grammaire, c'est que pure théorie. Certaines personnes écrivent sans aucune faute d'orthographe et pourtant elles sont incapables de faire une bonne analyse grammaticale. D'une certaine façon Orian a une meilleur orthographe que moi à son âge.
 
Je ne sais trop comment le stimuler à travailler sa conjugaison et sa grammaire. C'est aussi parce que je me dis qu'il y aura peut-être un jour un contrôle d'inspecteur que je me force à lui apprendre tout cela car si il ne tenait qu'à moi, je laisserais tomber toutes ces théories. A mon âge, cela m'amuse encore de revoir toutes ces règles. Mais il est vrai que si cela m'amuse, c'est que j'ai quand-même dû les apprendre enfant.
D'ailleur Orian me disait lui-même l'autre jour  : " maman, toi-même tu dis que tu as oublié toutes ces règles, alors à quoi ça sert que je les apprenne ? "
- C'est vrai, mais aussi, c'est parce que je les  ai apprises enfant que dès que j'ouvre un livre de grammaire, je m'en souviens plus vite que si je ne les avais jamais apprises.
Une petite voix en moi me dit "pas grave, tu dois les lui apprendre. Plus tard, il en fera ce qu'il veut mais c'est clair que casiment aucun enfant n'aime la grammaire ! "
Malgré tout, je suis satisfaite de voir qu'il a fait un effort après notre conversation et que cet effort venait, non parce que je l'ai obligé à le faire, mais parce qui'l a compris où cela allait le mener. Au fond, c'est bien là que je veux en arriver : qu'il choississe par lui-même  d'apprendre ce qui ne l'amuse pas car il comprend où cela peu le mener.
 
 


11:39 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.