20/02/2005

comme une chrysalide

Ce week-end, nous avons profité de cette neige pour aller dans les Ardennes et faire un peu de ski de fond.
Les plus heureux furent les chiens évidemment : deux heures trente de promenade !
 
Je continue à sentir en moi tous les changements que cause cet atlas replacé . Philippe aussi, c'est du côté de son coeur qu'il sent le plus de bien-faits, moins essouflé, pas fatigué, un coeur qui semble libéré d'un poids. (pourquoi un "s" si c'est UN poid ? )
Il y a deux jours, je souffrais d'un point si douloureux entre les omoplates que je me disais qu'au fond, la thérapeute avait dû faire une erreur et qu'elle n'avait sans doute pas bien replacé l'atlas. Mais, comme elle m'avait prévenu que des douleurs pouvaient se présenter des jours après, je n'ai pas abandonner mon stretching dès que la douleur devenait trop forte et surtout, le soir, j'ai callé une bonne bouillote chaude sur les omoplates.  Le lendemain, je me sentais légère comme un papillon, plus aucune douleur et une énergie incroyable.
Hier, ce sont les os du crâne que je sentais douloureux, surtout ceux autour des sinus. Je n'ai pas arrêté de me moucher de gros glaires verts. Et aujourd'hui, c'est déjà fini.
On dirait que ce corps se réajuste par étape, nettoyant chacun des lieux où le réajustage se fait.
Je dors beaucoup mieux et Philippe aussi.
 
J'observe du coin de l'oeil mes enfants. Céleste me disait, il y a deux jours, avoir souffert toute la journée des dents, toutes les dents,  au point de ne pouvoir mordre. Le lendemain tout était fini. Ses épaules lui ont fait mal. Le lendemain, tout est fini. Je trouve qu'ils ont un visage détendu, des traits calmes. Orian prend des rondeurs dans son visage, alors qu'il l'avait plutôt "au couteau".
 
Nous avons repris le travail dès jeudi passé mais nous n'avons pas réussi à reprendre le rythme des deux heures et demie par jour. Car j'ai éte interrompue deux, trois fois, soit pour recevoir des clients qui venaient chercher leur portrait, soit pour recevoir Madeleine que j'avais très envie de revoir. 
Ce n'est pas grave, je ne m'en fais pas. Nous avons malgré tout bien travaillé, toujours sur ordinateur et ensuite par écrit. Orian est d'excellente volonté, je constate qu'il aime bien ce petit rythme, cette petite discipline que nous nous imposons. Je constate qu'il n'aime pas trop lorsqu'elle est interrompue pour une raison ou une autre.
Je vais en tenir compte et ne plus prendre aucun rendez-vous les matinées, celles-ci seront dorénavant consacrées pour l'école d'Orian.
 
 
 
 
 
 

19:16 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

orthographe week-end; du coeur; poids; omoplates; thérapeute; dû(masc sing) ; omoplates; réajustage; deux,trois; je ne m'en fais...
Excusez-moi, j'ai une série de retard mais nous avons un petit-neveu en pension pour une semaine(maman opérée au pied)
Vous êtes plus calme, vous faites moins de fautes. Courage et mes respects.

Écrit par : Jean-Marc | 21/02/2005

grâce à vous ! Je remarque surtout que les corrections dont vous me faites la remarque restent dans ma mémoire de façon plus efficace que si je les corrigeais de moi-même.
C'est étrange en fait, j'aurais cru que les fautes dont je voyais moi-même l'erreur auraient été celles que je n'aurais par la suite plus commises.
C'est que je doute toujours de mon orthographe et de vous, en fait, je ne doute pas.

Écrit par : CatherineLS | 22/02/2005

Les commentaires sont fermés.