18/01/2005

un peu malade mais quelle belle journée !

Orian s'est levé se sentant mal, ayant envie de vomir et mal à la tête.
Il est resté allongé une bonne heure et demie, il a pris un nurofem et puis, il s'est senti mieux.
Mais il n'avait pas trop envie de travailler aujourd'hui.
 
Il a hérité de sa soeur la collection "pierres semi-précieuses et précieuses" que j'avais constituée via les éditions "Atlas" (qui fait toutes sortes de collections ). Il me disais "je vais allez voir mes pierres ".
J'en ai profité pour lui proposer de travailler alors à partir de là.
Ce fut une fantastique matinée.
Il était enthousiaste de comparer les petites pierres, toutes bien classées dans des petits boîtiers. Je le voyais regarder et ragarder les peirres l'une après l'autres, les comparer, essayer de voir leur différence.
Par contre, les classeurs n'étaient pas classés.
J'avais entendu d'un de ses professeurs qu'il ne maîtrisait pas bien la recherche dans le diccionnaire. Ce fut une bonne occasion pour lui apprendre à classer par ordre alphabétique toutes les fiches des minéraux, gemmes et autres.
Cela lui prenait pas mal de temps car il y en a un sacré paquet. Au bout de deux heures, il soupirait  " j'en ai un peu marre "
- Tu veux arrêter et recommencer plus tard  ?
- Non, je préfère terminer.
Et il a terminé son travail. J'étais fier de lui.
En classant ses fiches, il est tombé sur l'amiante (crocidolite ) et cela nous a rappellé qu'il y a eu une question sur l'amiante un jour où la radio expliquait la nocivité de ce minéral.
Nous avons donc lu le texte (assez compliqué, plein de noms chimiques et savants ) nous en avons fait un résumé et maintenant, il sait ce que c'est.
Demain, je le reprendrai, pour voir ce qui a été retenu.
 
L'après midi, j'aurai voulu qu'il travaille un peu les cours par correspondance mais nous avons négocié qu'il pouvait faire de la grammaire via le Bled et que demain, il fera les cours par correspondance.
Il a travailler le vocabulaire et l'orthographe des mots qui commence par "in" "im" ou "dés" comme inaccesible ou inhospitalier ou déshonneur.
Demain, je vais lui redicter les mots qu'il a fait sur l'ordi car l'ordi ne fait pas écrire systématiquemet les mots mais propose des choix entre "in " ou "inn"  ou "im" ou "imm" etc....
Et les choix se font par clic de souris. Je crois donc qu'il faut toujours compléter ces jeux par ordi avec de l'écriture véritable.
En attendant, moi aussi, cela m'aid epour mon orthographe ! Je reovis par là des règle que j'appliquais sans m'en souvenir , plus par tâtonnement que par conscience.
 
De mon côté, je me suis faite cette réflexion : c'est si agréable de ne pas être obligé de faire les cours par correspondance.  Ces cours sont pour moi juste un fil conducteur mais pas une obligation. Je me dis franchement de quoi se mèle en effet l'Etat pour nous obliger à des matières spécifiques, et surtout pour nous imposer une méthode, une façon de faire.
Ce que je voudrais surtout, c'est que mon fils sache très bien lire, comprendre tout ce qu'il lit et calculer correctement. Ensuite, pouvoir tenir un raisonnement qui soit logique, ou du moins, un raisonnement qui amène des conclusions.
 
Je me dis de plus en plus : mais qu'est-ce qui, et qui est-ce qui, nous oblige à quoi en fin de compte ?
Ce que je vis maintenant avec Orian semble tellement naturel, tellement sain, tellement vrai !
Pourquoi, mais pourquoi croyons nous qu'il faut enmerder les enfants à ingurgiter des matières et des matières pendant des heures et des heures ? Pourquoi ? ? ? Pour être plus heureux ? Ou pour être plus enrichis ? Enrichis de connaissances qui nous apportent quoi par rapport à l'objectif d'être plus heureux ?
 
Je crois que des milliers de jeunes se posent sincèrement la question et que c'est pour cela qu'ils décrochent, car il n'y a pas de réponse !
 
Je n'ai pas de diplôme, je ne les ai pas voulu volontairement.
Je compare ma vie  à d'autes qui ont des diplômes et je les vois obligés de se farcir des heures de bureaux. Je ne les trouve pas heureux.
 
Je vis de ma peinture. Je n'ai aucune garantie du genre pension ou même mutuelle (je vois déjà certains de vous affolés ! ) mais je me sens libre comme le vent, et heureuse de n'avoir aucune "attaches" dues à des garanties. Cela développe en moi une santé de fer ( je ne suis jamais malade à part des migraines quand les émotions sont trop fortes ) et une confiance en l'avenir indécrotable.
 
En tout cas, en ce qui me concerne, je repeinds avec paix et enthousiasme, je me sens décrispée et c'est un régal de travailler l'école à la maison.  Cela crée un relation toute en douceur avec Orian. Celui-çi semble apprécier aussi cette relation de mère qui apprends à son fils et surtout de maman qui ose dire "flut, je ne me souviens plus de ça, il faut que j'aille voir dans un autre livre " et ensemble, nous cherchons à comprendre.
C'est vraiment ce qui me vient à l'esprit : une relation en douceur, sans autoritarisme. Je fais confiance à Orian, il le sens, il a voulu aller jusqu'au bout du classement des fiches, cela lui a pris 3 heures !
 
Premiers pas vers l'auto-dicipline !
 

18:52 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.