07/01/2005

un témoignage qui dit bien qu'il ne faut pas avoir peur !

"LE QUOTIDIEN

"Nos journées ne sont ni "jour de travail", ni "jour de vacance", elles sont toutes différentes les unes des autres et surtout très flexibles. Concrètement, R, (7 ans), D, (5 ans) et P, (2ans 3/4) travaillent et jouent toute la journée. Ils se servent beaucoup de l'outil informatique qu'ils utilisent à leur convenance, mais il arrive fréquemment que l'ordinateur ne soit pas allumé de la journée. Nous regardons ensemble (!) l'émission quotidienne "C'est pas sorcier" et parfois des vidéos essentiellement en anglais ou en allemand. Nous faisons la cuisine ensemble, souvent des expériences scientifiques, du bricolage, leur père et moi leur faisons beaucoup la lecture, nous jouons, nous construisons, nous discutons, ...
Pour les activités dites "académiques", nous les faisons de manière spontanée, lorsque cela se présente et généralement dans la vie de tous les jours : lire la recette du gâteau que nous allons préparer, compter et mesure les ingrédients, écrire un message à quelqu'un ou un projet, une idée que l'on a dans la tête et qu'on ne voudrait pas oublier, chercher dans le dictionnaire ou dans un guide la réponse à une question, ... Ils s'occupent beaucoup seuls. Parfois c'est moi qui propose une activité, généralement ce sont eux qui demandent.
Le soir, R a besoin de moments où il peut être seul avec moi, alors il lui arrive de jouer seul et au bout d'un moment de venir me chercher et me proposer un travail. Généralement, nous étudions ou nous faisons des constructions diverses et variées. Un soir, par exemple je lui ai proposé de faire un exercice de math, il m'a dit 'non', mais m'a alors proposé de faire le puzzle d'un planisphère (géographie), puis il m'a dit qu'il voulait écrire et nous avons écrit (sur l'ordinateur) une lettre pour ses grands-parents (écrire, imprimer, préparer l'enveloppe, coller le timbre, ...). Je l'ai laissé deviner l'orthographe des mots et chercher les lettres sur le clavier, et cela lui demandait beaucoup de concentration. Le lendemain, il a voulu faire du graphisme, lui qui n'a jamais aimé dessiner, il a fait plusieurs fiches en me parlant en anglais (!), puis a voulu lire avec moi un livre américain ("Green Eggs and Ham" de Dr Seuss) qu'il connaît presque par cœur, mais dans lequel il lui faut quand même lire les mots lorsqu'il se trompe ou hésite dans sa récitation.
Depuis septembre, je tiens à jour un grand classeur partagé en rubriques plutôt académiques, afin de constituer un portfolio regroupant les activités de R, que nous pourrons montrer à l'inspecteur ou autre. Je ne veux pas lui mettre la pression et l'obliger à apprendre à lire et à écrire en faisant la police, pas plus que je ne m'attribue le rôle d'institutrice, je me considère plutôt comme un guide (facilitateur) pour l'aider à trouver ce dont il a besoin. Déjà en essayant de ne répondre qu'à ses questions, cela me fait courir derrière lui ! A suivre ...! ( bull Les Enfants d'abord, n° 49 automne 2002)


"V et JM font des maths, et j'ai pensé à nos discussions - au sujet de "suivre le programme". Ils font souvent les mêmes problèmes, bien qu'ils ne devraient pas car ils ne "sont pas dans la même classe". Et justement, ça c'est intéressant : quand ils font la même chose, ils peuvent s'entraider, ils peuvent discuter de ce qu'ils sont en train de faire. Là ils font un problème à s'arracher les cheveux au moment de la mise en équation des données. C'est la troisième séance où je le ressors, car on n'a pas encore la réponse. Et ils sont contents, ils regardent à nouveau ce qu'ils ont fait, ils cherchent où peut bien être l'erreur, l'un revient vers moi en rigolant parce qu'il a vraiment écrit une bêtise - je suis dans la cuisine et prépare le repas de midi-, il l'a vue tout seul, puis l'autre arrive en disant qu'il croit que maintenant il a un système d'équations qui devrait marcher, et je demande combien d'inconnues il a , l'autre n'en a pas le même nombre, alors il demande "mais toi t'as fait comment, parce que moi j'ai fait comme ça" et ils retournent dans la salle comme deux larrons en foire et se repenchent sur leurs feuilles. Ils ont 15ans 1/2 et 14 ans, ils font des maths en riant, c'est un problème trouvé dans un livre de maths de seconde d'il y a dix ans, donc pas le programme actuel. Moi j'ai plaisir à les voir heureux de faire travailler leur cerveau, de les voir complices, de les voir apprendre à expliquer à un tiers ce qu'ils ont fait et pourquoi, et c'est justement, parce qu'on ne suit pas le programme, on peut faire des mini-groupe familiaux ! " (bull Les Enfants d'Abord, n° 49 automne 2002)


"Je voudrais vous faire part de ce que nous faisons avec notre fille âgée de 10 ans, qui n'a jamais été scolarisée. Beaucoup d'apprentissages se sont faits au travers des jeux, et d'autres de manière classique à partir de cahiers, livres etc...Mais depuis quelques temps ma fille ne veut plus travailler de cette façon. Elle aime toujours les jeux, je lui lis toujours des histoires (elle sait lire depuis l'àge de 5 ans), j'essaie de répondre à ses questions au moment de ses demandes, je crois à la spontanéité. Actuellement nous faisons partie des réseaux d'échanges réciproques de savoir (Mél : mers@wanadoo.fr - Site : www.mirers.org), ce qui permet d'apprendre avec des gens de tous àges. Ma fille apprend aussi beaucoup en écoutant (nous écoutons beaucoup la radio : France Inter, on pourrait presque écouter toute la journée.). Elle va au conservatoire et joue du piano.
Bien sûr, parfois je trouve que cette façon de faire est moins sécurisante que d'utiliser des cahiers et me pose questions. C'est pourquoi j'éprouve le besoin d'échanger avec des familles et aimerais entrer en contact avec des gens qui ont eu cette expérience et qui ont déjà des enfants assez grands." (bull Les Enfants d'Abord, n° 49 automne 2002) "

http://membres.lycos.fr/possible/art21ab.html
Puis il faut cliquer plus bas dans le texte sur le lien le site de l'association "les enfants d'abords" Et là, dans la colonne de gauche, sur "témoignage "

17:30 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.