03/01/2005

réflexions et souhaits

Ce que j' essaye d' atteindre avec mes enfants  se retrouve dans l' extrait  que je vous copie ici :
 
"Many people suppose that no children would ever go to lessons if they were not forced to. At Summerhill, it is rare for a child to attend no lessons at all – at least, after the initial shock of freedom has worn off. "( Certaines personnes suposent qu'aucun enfants n'iraient jmais  vers les leçons si ils n'y étaient pas forcés. A Summerhill, il est rare qu'un enfant ne choisisse aucune leçon du tout, au moins, après que le choc initiale de liberté est disparu )

A force de forcer les enfants à étudier telles ou telles leçons, à force d' obliger les enfants à passer des leçons, des devoirs, des examens, à force...... cela tue en eux tout esprit d' entreprise, toute autonomie, toute confiance en leur potentiel, confiance qu'ils soient capables d'eux-même d'avoir une passion, d'avoir de la volonté, d'avoir de la curiosité, d'avoir de l' intelligence. Les adultes se mèlent tellement du  mental des enfants que ceux-çi finissent par croire qu'ils sont incapables, sans les adultes, de développer eux-même ce mental. C'est un "lavage de cerveau " entrepris dès la gardienne et même avant.
 
A force d'entendre des adultes déclarer que c'est eux seuls qui ont la connaissance, et surtout,  la connaissance de ce que les enfants doivent connaître, ces enfants (ce que nous avons été aussi durant toute notre scolarité, c' est à dire minimum 12 années de notre vie et plus si nous avons eu des gardiennes et des années dans une Ecole supérieure ou une université ) n' osent plus croire qu'ils sont autonomes, ces enfants avalent ce "lavage de cerveau" et rentrent dans les rangs du "tout le monde fait comme cela", ces enfants perdent la confiance innée avec laquelle ils sont nés.
 
Pourtant je connais personnellement un homme d'une culture immense, Luis Ansa, qui ne savait pas lire à l' âge de 13, 14 ans et qui de lui-même à décider de le faire. Il a tout appris de lui-même, s' enfermant des heures et des heures dans sa chambre, étudiant Freud, Jung , Maître Ekhaert etc.... tout cela entre 13 et 18 ans.
Personne pour lui donner des limites, juste sa passion de la découverte, la joie de la découverte. Il est un réel "selfs made man" dans tous les sens du terme. De même pour un Tim Guénard. Et je suis sûre qu' il y a d'autre exemples nombreux de ce genre que nous n'avons pas la possibilité de connaître. Seulement, eux,  ils n' ont pas été prisonniers d' un laps de temps une fois de plus imposé - forcé - aux enfants !
 
Même la meilleur des école, si elle continue de forcer les enfants sous des kilos de matières, obligées d'être étudiées " de force " , cette école risque de devenir aussi médiocre que toutes les autres écoles, faisant de nos enfants de braves moutons -  moutons  peut-être noirs par rapport aux autres moutons de la société - mais quand même des moutons !

Bon, il y a des parents qui préfèrent que leurs enfants restent de brave moutons, noirs ou blancs.
C'est un choix aussi respectable que le mien !
 
Je veux pour mes enfants  qu'ils gardent l'enthousiasme des études, de la découverte, de la curiosité.  Qu' ils apprennent par eux-mêmes à aller au bout de ce qu' ils entreprennent et non parce qu' on les y force. Je serai là pour leur souvenir leur rêve, leur désir, pour les accompagner et les encourager mais je ne veux plus d'une grosse chaîne au bout de la quelle il faut tirer et tirer les enfants parce qu' ils sont de plus en plus démotivés à cause de la fatigue , à cause du stress qui rend certains malades, et tristes carrément, à cause de programmes qui ne les intérressent pas, programme qui n'a pas d'intérêt (genre "étude du milieu "  ).
 
Tous les enfants méritent  notre confiance et ils peuvent en effet être traités en êtres autonomes et responsables : ils sont capables de gérer leur études au rythme le plus productif qui soit peur eux !
Ils sont en étude, en apprentissage, ils ne sont pas encore en compétition ! Ils sont dans l'apprentissage, dans l'accumulation des connaissances et non dans la lutte de la survie, la lutte de l'existence.
 
Ces enfants une fois adultes auront la sagesse de connaître leur limites réelles, leur capacités réelles et ils seront parfaitement capables  de se dépasser car alors, à ce moment là, ce ne sera pas un dépassement créer de façon totalement artificielle mais un réel besoin qui est de celui de gagner sa vie. Le stress, la peur, la panique si il le faut,  seront justifiés.
Je veux franchement leur offrir le temps de s'instruire et non le temps pour stresser et devenir des névrosés.
Ce n'est pas pour moi de l' instruction cela, pour moi, cela, c'est tomber dans le piège de toutes les manipulations,
c' est tomber dans le moule qui casse définitivement tout enfants car ils en sortent soit vaniteux, soit mal dans leur peaux, se croyant des incapables ou des imbéciles.
 
La meilleur façon de préparer  nos enfants à leur vie d'adulte n'est pas de leur faire vivre le stress que nous vivons adultes et dont nous avons le corps physique pour assumer ce stress ( ce qui n'est pas le cas pour les enfants ni les adolescents ), mais de leur offrir une confiance inébranlable en leur capacités propres et spécifiques à chacun.
Actuellement, ce que je constate en général : le stress crée de façon totalement artificiel via des examens, des leçons face à des professeurs qui se donnent une importance de jugement qu' ils ne devraient jamais avoir  et qui se permettent en fait de donner "une valeur" à l' enfant, comme si celui-çi n' était pas capable de connaître sa propre valeur.
Ce n' est pas ça qui construit un enfant : dépendre de l'opinion d'une autre personne pour connaître sa valeur ! Adultes, il risque de croire que sa valeur dépend toujours du jugement d'un autre.
 
Je veux des enfant autonomes et construits solidement sur la confiance et  l'épanouissement de chacune de leur qualité et de leurs objectifs personnels. Je crois en eux, et ils le sauront.
 
Cette lettre se répète plusieurs fois, je vous l'envois toute brute, telle quelle,  car j'ai du mal à ne pas taper sur le clou tant je sens une urgence à offrir aux enfants d'aujourdhui un réel enseignement (pas un bourrage de crâne , ni un bourrage de raisonnement, ni un  bourrage d' examens et de leçon et de devoirs ) basé sur un respect totale des capacités de chaque enfant.
Je tiens à ce que mes enfants deviennent des adultes respectueux, épannouis et non vaniteux ou écrasés de complexes. 
 




16:37 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.