03/01/2005

la suite des autres bonnes raisons

Je continue.
 
A force de s'entendre dire "je suis celui qui sait et qui va t'apprendre " l'Humain oublie qu'il est apte à tout apprendre de lui-même, il oublie qu'il est autonome et qu'il est le seul à avoir une autorité sur lui-même. Il oublie son formidable potentiel créatif et imaginatif !
 
Le rôle des parents est le même que tout parent animal : conduire ses petits à l'autonomie dans sa future existence. 
 J'observe ma jeune nichée (huit border collie )  : Je vois le rôle que jouent leurs parents : donner les simples et justes limites (pas un excès de limite ) envers leur chiots. Le père est très présent dans ce rôle et, ce qui est amusant (car cela correspond aussi aux analyses psychologiques des humains ) il joue un rôle essentiel envers le sevrage des petits. (couper le "cordon ombilical" émotif du chiot envers sa mère ) C'est lui qui empèche les petits de têter leur mère (quand c'est le bon moment ! ) en prenant délicatement leur geule dans la sienne pour la déplacer des mamelles de la mère. 
A force de me passionner pour les documentaires des animaux, je conclue que l'humain est le seul animal qui pousse ses petits trop tôt dans des cituations qu'il ne devraient connaître qu'une foi bien armés et formés pour les affronter
Je ne vois pas un seul animal pousser ses petits à chasser avant l'heure, ni apprendre à chasser trop tôt !
Et c'est, en quelque sorte, ce que nous exigeons de nos enfants : un stress "professionnel" avant l'heure.
En plus, ce que je constate, c'est que les petits d'animaux jouent et apprenent la "défense" ou la "chasse" essentiellement en jouant entre eux. Ce ne sont qu'à peine les adultes qui leur apprennent cela. Et si il le font , c'est sous forme de jeu.
Je surpprends notre mâle apprendre à ses petits à chasser les taupes par jeu. Il le fait, chacun à leur tour !  (déjà pas tous ensemble ! )Le plus drôle c'est de voir les autres attendre avec impatience leur tour, assis là à regarde  leur petit frère imiter leur père, qui d'ailleur grogne dès qu'un autre veut prendre la place de "l'élève". Mais dès qu'un "vrai danger" (selon les critères de mes chiens, comme un facteur par exemple ) se pointe, les parents aboient et hop, les petits filent se mettre "en protection" dans leur panier, à l'intérieur de la maison.
 
Sous prétexte que la vie est dure, on la rend dure aux enfants.
Cela ne les arme pas, cela les désarme de cette confiance qui est la seule à pouvoir les aider à affronter la dureté de  l'existence. C'est comme si la vie n'était faite que de vrais coups (physiques ) et que pour préparer les enfants à les affronter, on les rouaient déjà de coups.
Vous pensez quoi ? Que cela va les rendre forts ou peureux ? Droits ou fuyants ? Courageux ou rusés ?
Hé bien dans les "coups durs" qu'offrent les écoles, les humiliations, les moqueries, les nombreux  stress de réussir ou de rater, les " tu es nul ! tu es idiot, tu es bouché, tu es parresseux, tu es bon à rien, tu n'en fait pas une dalle ect.... !", cela donne quoi ?
 Des frustrés, des soumis ou des révoltés, ou des prétencieux, des vaniteux, des dominants.
Mais certainement pas des bien "armés" !
C'est ça la Vie ?
NON.
Cela, c'est l'Existence qui est construite de toute pièce depuis des siècles.
Oui, le "mal", la difficulté de la vie, existe mais ce n'est pas en l'imposant aux enfants trop tôt que cela les aide, c'est tout le contraire, cela les affaiblit.
Un très bon exemple ce sont tous les enfants réellement confrontés aux "mals" depuis leur enfance : la drogue, les bandes de voyous, la prostitution, la pauvreté, des parents alcooliques. Combien en sortent "plus forts" ?
Ils sont rares.
je ne connais que Tim Guénard ayant réussi à s'en sortir.
Et Luis Ansa.  Car ils étaient doués par la Nature de "sale caractère " avec un profond fond de Bonté innée en eux.
 
Une fois de plus il suffit de se baser sur la sagesse des animaux.
Leur rôle est la survie.
Nous aussi. Nous choisissions chacun des méthodes différentes de survie mais de toute façon, que ce soit en étant pianiste, poète, scientifique, professeur, artiste, jouranilste, ministre, roi de France etc.... c'est en étant nourri de protection, de tendresse, de douceur et de jeu que l'enfant s'y prépare le mieux !
Pas en le cassant de stress, de complexe et de peur. Pas en lui imposant que quelques alternatives, pas en prenant un rôle dominant.
 
Donc, l'école offre-t-elle une stucture au enfants ?
Je ne le crois pas.
Même si elle est devenue indispensabe dans certains milieux où, si elle n'était pas là, les enfant serait livrés à eux mêmes, même là, la structure ne dure que le temps de l'école. Rare sont ceux qui décident de s'en sortir et qui usent de leur tripes pour le faire. Sauf si ces enfants tombent sur d'excellents professeurs qui ont compris qu'il faut simplement leur apprendrre qu'ils sont des êtres dignes de respect, digne d'autonomie et que ces professeurs leur apprennent à faire eux-même les choix qui leur conviennent pour leur future existence.
Pas des choix selon un "catalogue" !
Non !
Mais  dire à l'enfant : "ce que tu apprends à l'école, cela pourra peut-être servir plus tard ! "
Ne pas dire "ce que tu apprends à l'école est indispensable. Sans ces outils, tu n'arriveras nul part !"
Un ami , le directeur de l'école de ma fille, avec lequel je discute depuis plusieurs jours sur le thème du stress me disait
" oui mais alors tes enfants resteront des animaux qui n'auront pas eu l'opportunité d'être des latinistes ".
 Ce n'est pas cela que je veux expliquer.

Je voudrais expliquer qu'il n'est pas nécessaire d'apprendre avec ce "délai" au bout. Délai d'examen, délais d'interro, délai de diplôme. je voudrais que les enfants qui ont du plaisir à apprendre ne soient pas complètement dégoutés , et même cassés, par tous ces délais imposés on ne sait pas trop pourquoi à part le fait qu'il font parti d'une invention toute artificielle d'une existence inventée qui n'a plus rien de naturelle .
 
"Je souhaite changer la société, qu'elle soit meilleur " disais-je à cet ami
"C'est parce qu'on veut toujours changer la société que tout va de pire en pire".
Il n'a pas tort du tout. C'est en voulant changer la société que l'instruction est devenue obligatoire !
Et par la suite l'idée que ce sont les écoles seules  (et leurs professeurs ) qui savent la donner.
Ce que je souhaite,  au fond, ce  n'est pas de  la changer mais redécouvrir ce qui était bien, et normal, et sage  avant !
Gardons ce qu'il y a eu de bon dans les changements.
Mais avant que les écoles ne soeint obligatoires, ceux qui voulaient apprendre le faisaient auprès de celui qui pouvait leur apprendre quelque chose. Celui-çi le faisait sans "interrogation" sans "examen"  et sans "diplôme".
Ou ils le faisaient seuls et rencontraient par çi par là des aides, des gens qui pouvaient partager leur expériences et leur connaissances
Pas des êtres qui jouaient à "je sais, toi tu ne sais pas. " Et c'est ce que sont devenus les professeurs. Dès lors on s'étonne encore que les enfants étudient "de force", sans passion , ou décrochent.
 
Prenons un très vieil exemple : les guérisseurs (qui l'étaient vraiment !) initiaient celui qui était doué pour cela. Cela prenait peut-être plusieurs années mais il n'était pas mis "à l'épreuve", il n'avait pas besoin de "prouver" quoi que ce soit. Sa bonne foi, son désir suffisait, ses compétence réelles, sur le terrains, et non téhorique.
 
Les médecins dans la traditions tibétaines sont encore enseignés de cette manière là. Il deviennent medecins seulement après 20 années d'apprendtissage auprès d'un autre médecin. Et ce sont les meilleurs des médecins du monde selon mon expérience. Ils n'ont aucun diplôme, pas d'examens. Ils étudient au rythme de leur passion, au rythme de leur capacité. Et il réussissent très bien à soigner.
 
( Je vous entends d'ici " heureusement qu'il y a eu des conditions de diplôme, cela nous a protéger des charlatants"
Vous êtes si sûrs ? ? ? ? ? ?  )
 
Je comprends depuis quelques jours que l'école destructure la Structure Profonde de l'être.  Je crois que l'école rend l'humain esclave d'idées dominantes. Je crois que l'école démotive, malgré toute la bonne volonté de toute les réformes, l'envie d'apprendre. Je crois que l'école n'offre, en fin de compte, qu'une structure limitée. Limitée aux pauvres choix imposés. Limitée alors qu'un enfant viendra avec des milliers de choix ! Un enfant dira "j'ai envie d'apprendre à chasser à l'arc" et l'école lui dira "avec ça, tu n'iras nul part".
Qu'est ce qu'on en sait après tout ? Quelqu'un a-t-il déjà tiré à l'arc ? C'est un effort de consentration, un effort de patience, un effort du juste mouvement, de la discipline quotidienne, tout cela enrichi parfaitement l'être.
Un enfant viendra en disant "j'ai envie d'apprendre le japonnais" et l'école lui répondra "chez nous c'est le latin que tu apprends et tu arriveras à une formidable gymnastique de l'esprit" et l'enfant se force à apprendre le merveilleux latin mais il aurait eu sa gymnastique tout aussi bien avec le japonnais.
Les écoles sont si pauvres en enseignements à offrir (pauvres car le fait d'imposer des choix appauvrit. Et ce qui impose, c'est toujours et toujours ce stupide diplôme à la fin ! ) que cela destructure puisqu'elle n'a qu'une unique structure à donner.
Cela me fait penser en fin de compte aux jeu "game boy" qui limitent totalement l'intelligence de l'enfant. Limitée aux limites même du jeu. L'enfant est limités par les écoles qui ont leur propre limites.
 
C'est vrai, il est casiment impossible de " faire marche arrière " - dirait les plus critiques qui ont  le genre "nous, on est progressisites".
Mais pour ceux qui ont la possibilité d'offrir un enseignement à leurs enfants à domicile, je vous prie, encourager les !
Et pour ceux qui osent faire le pas, n'ayez pas peur de la demande "bizarre" de vos enfants ! Ils savent parfaitement - quoi qu'en pensent certains qui sont persuadés que seuls les adultent peuvent savoir ce que les enfants ont besoin - les enfant savent parfaitement ce qu'ils ont comme projets.
Malheureusement, au fur et à mesure de leur années dans les écoles, cela devient tout embrouillé en eux, tout déstructuré. Et ils ne savent plus s'en souvenirs ou l'expliquer. 
A  force d'avoir des professeurs qui leur disent "maintenant tu étudies ça, maintenant, tu fais cette intéro là, maintenant, tu fais des math.... maintenant tu dois étudier pour demain ceci et cela ..." l'enfant devient passif, passif, passif et passif. Cela pendant 15 années, et plus si il va à l'unif. Et puis le reste de la société continue à fonctionner "comme une école". Normal, "on" n'a eu que cela comme expérience !
Donc, si ils quittent l'école déjà adolescents, pour l'enseignement à domicile, il faut leur laisser un peu de temps, ( parfois beaucoup de temps ) pour oser se rebrancher sur leur Propre Autorité. Et retrouver ce qu'ils Savent parfaitement depuis Toujours !
 
 




16:35 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.