03/01/2005

Ceci aussi sont des bonnes raions pour l'école à la maison

Je continue ma reflexion. Celle-çi se dé-chaîne (dans le sens litéral du mot ! ).
 
C'est comme si tout d'un coup j'avais été réveillée d'un long, long, long hypnotisme.
Depuis 10 ans que ma fille et mon fils fréquentent l'école, j'ai un noeud subtil, un noeud - très caché  - que je sentais là quelque part en moi.  Ce noeud se ressent comme si on m'obligeait depuis des années, depuis que moi aussi je suis allée à l'école, à marcher légèrement courbée.
Cela n'a pas l'air grave, un peu comme si j'habitais depuis des années dans une maison dont les plafonds sont justes un peu trop bas et nous devons courber la tête, nous devons courber les épaules. On le fait , pensant que ce n'est qu'une maison, que nous pouvons la quitter, ou, lorsque nous sommes assis, hé bien, le dos reprends sa posture naturelle.
C'est ce qu'on croit.
  Et cette "courbure du dos" (courbure allégorique évidement. Pour parler de la courbure  de l'âme, une âme courbée comme si on obligeait un roseau qui se tient naturellement droit et souple de rester sans sesse courbé, même si il n'y a pas de vent ) provoque des tats de petites maladies, maladies du corps, maladies de l'âme.
 
Depuis quelque jours que je discute avec ma nouvelle amie, Madeleine, j'ai des prises de conscience qui me font pleurer de regret ! Les écailles tombent des yeux !
 
L'école...... !
"on" nous dit que cela offre une structure aux enfants, "on" nous dit qu'on y apprend la sociabilité, "on" nous fait boire cette "soupe rose" depuis des centaines d'années ( et plus encore mais sous d'autre formes qu'une soupe rose ), et les "on" qui nous le disent, "on " leur a aussi fait boire cette "soupe rose" ! donc, eux aussi, ils ont oublié, ils ne savent plus, cela fait trop longtemps qu'ils ont oublié les vrais Hommes qu'ils sont.
 
Quelques mots d'explication pour les mots "soupe rose".
j'avais entre 13 et 15 ans et j'avais fait  un rêve qui me revient régulièrement à la mémoire lorsque dans ma vie, je croise des circonstances adéquates pour me le faire rappeller.
Dans ce rêve, je volais librement dans mon village, autour de la maison de ma grand- mère paternelle.  Je pouvais me poser sur les bords des fenêtres comme un oiseau.  Ma grand mère était là et me disait "viens, il faut que tu boives ta soupe rose  " Et moi je savais que c'était une soupe "hypnotique" qui nous changeait notre Vraie Nature d'Humain. Je lui répondais "non, cette soupe est un poison grand maman ! "  Même elle ne le savais plus, même elle croyait qu'il fallait boire cette soupe rose, "on" lui avait dit que c'était notre substance essentielle, que sans elle , nous n'étions pas des humains.  Elle avait peur de ne plus boire cette soupe rose ! Mon plus jeune frère, le plus libre de mes frère, se trouvait aussi dans ce rêve.   Toujours en volant comme un oiseau j'allais de fenêtre en fenêtre, je le surprends assis devant sa soupe rose , la trouvant pas bonne mais se forçant à la boire.  J'essaye de lui faire comprendre que cette soupe rose est un leurre, qu'elle ne nourrit pas l'humain mais qu'elle le rend soumis aux "on" .
 
Maintenant, je sais est cette soupe rose ! Cette fameuse "nourriture" qui est soi-disant indispensable, que tous le monde, vraiment tous le monde boit !  
Tous le monde ne boit pas la religion, quelle qu'elle soit, tous le monde n'est pas "croyant" ou agnostique, sans foi ni loi, mais tous le monde, tous le monde croit que l'école, c'est in-di-spen-sa-ble !
 
Maintenant, je sais avec certittude que non, cela ne l'est pas.
 
Le principe est partie d'une bonne intention : que tous nous ayons droit à l'instruction. Le principe est partie de quelques personnes qui croyaient savoir quelle instruction donner aux êtres afin qu'ils soient mieux dans leurs existences, plus aptes à être heureux, plus aptes à se défendre. Le principe est partie de l'idée d'aider ceux dont le milieu familiale n'était pas très favorisé, d'offrir à tous les mêmes chances.
 
Ok, j'accepte les louables idées à la base de la création de "l'instruction obligatoire".
mais comme toute "obligation" cela a créer ses perversités de plus en plus terribles.  La première des perversités, c'est d'avoir marginalisé tous ceux qui n'ont pas eu cette "instruction" et d'en profiter lâchement, prétextant qu'ils sont inaptent à se défendrent, qui'ls n'avaient qu'à réussir leur instruction.  C'est la plus grave et la principale dont découlent toutes les autres perversités de" l'instruction obligatoire"
Comme cela, vite, et en vrac, quelques exemples : la manipulation des enfants, les faisant croire qu'ils ne sont rien et qu "on" va tout leur apprendre. La dévalorisation de l'estime des enfants, l'exploitation de nos vices ou de nos qualités, uniquement pour pouvoir être accepté dans un groupe dominant (groupe qui évidemment vous exclu dès que vous ne correspondez pas à son critère ), la destructuration de l'autonomie intrinsèque de l'humain dans sa propre vie. A force d'entendre tout le long de ses études ce qu'il est obligé d'étudier, comment il doit étudier, vers quoi cela va le mener, l'Homme se croit incapable d'autonomie et tous les exemples se trouvent dans comment fonctionnent nos politiques en Europe et partout dans le monde !
 


16:27 Écrit par CatherineLS | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.